Tu es normal.e

04 novembre 2017

Les différents ogasmes, clito, prostate et Cie

Les différents orgasmes, clito, prostate et Cie

Si tu crois tout savoir des orgasmes et bien prends un thé et mesure l'infini de l'univers car les orgasmes sont tout aussi étendus. (Comment ça j'en fais trop ?)
En réalité les orgasmes sont une chose encore obscure et qui nous échappe alors qu'elle se trouve sur le bout de nos doigts ! Penchons nous sur ce savoureux mystère...

Orgasmes de l'infini

Globalement ce que chacun-e connaît des orgasme iel le doit à ce que la société en dit. C'est dire si ça manque d'infos donc !
Commençons simplement par les basiques : une stimulation du clitoris / pénis = orgasme pour les personnes qui peuvent en avoir.

Clito Love

Les organes de la jouissance on les connaît : le clitoris, exclusivement dédié au plaisir, qui je le rappelle, est toujours concerné lorsqu'il s'agit d'orgasme, que la stimulation se fasse via le vagin ou sur le capuchon du clitoris.
Et la prostate, qui sert à d'autres choses certes mais tient une belle part dans la jouissance.
En général : si tu es né-e assigné-e homme tu as une prostate, si tu es né-e assigné-e femme un clitoris.

Le soucis c'est qu'on a longtemps délaissé ces organes du plaisir. Le clitoris peut grandir, être plus ou moins sensible et plus ou moins apparent et c'est bien souvent la dextérité avec laquelle on le stimule qui provoque un orgasme.
La prostate est une perle située à 7cm de l'anus, sa stimulation peut se faire indirectement, plus ou moins directement et directement. Je m'explique, tu vas voir c'est simple:

 

Quand on stimule le pénis, cela fait appel à la prostate puisqu'elle est un organe du plaisir, elle est indirectement stimulée.
Quand on pénètre l'anus on va frotter contre elle, c'est donc une stimulation directe.Le point P

Mais il existe également un point qui permet de mettre le doigt dessus sans la toucher directement. Entre les testicules et l'anus, existe une zone -le périnée- que l'on peut masser et qui procure des sensations nouvelles !
Un bon moyen de tester le plaisir prostatique si l'on est pas chaud-e pour de la pénétration anale donc.

Ça c'est la base.
Mais là encore il manque des informations ! Le pénis est un cas particulier car l'éjaculation peut très bien être mécanique et ainsi jouir n'est pas avoir un orgasme.
Or on peut très bien jouir sans éjaculer ou en stimulant d'autres zones.
Nous avons tou-te-s des zones érogènes, comme le cou, les tétons, les pieds etc.

 

Elle peuvent varier en fonction de la personne mais aussi de ta sensibilité à un moment T ou simplement changer avec la vie. Puis certaines personnes pourront te toucher le cou, par exemple, sans que ça ne te fasse rien alors que si une autre personne le fait ce sera un point déclencheur. Bref il n'y a pas de règles pour ces zones à part de t'écouter et d'écouter tes partenaires. N'écoutes pas les magazines qui te disent que telle zone marche à 100% chez les hommes et autres nouilleries.
Le corps n'est pas une machine que tu dois stimuler avec un mode d'emploi, il appartient à une personne, complexe, avec un vécu et ses particularités.


Mais il n'y a pas qu'une façon de stimuler une zone. Tu peux te servir de tes doigts, tes lèvres, ta langue, tes mains, tes pieds, ton vagin, ton pénis, ton souffle, tes ongles, tes dents, tes cheveux, ta peau, ton nez, tes seins et j'en oublies surement.
Tu as bien plus qu'un sexe pour stimuler ton/ta partenaire, à toi d'être créatif/ve, mais assures toi de savoir ce que ton/ta partenaire en pense.
On ne caresse pas quelqu'un avec un pénis sans prévenir !

Se bander les yeux pour bander différemment

Il y a aussi la façon de faire. On a tendance à considérer le sexe comme composé de gestes répétitifs, mais il n'y a pas qu'une seule façon de branler un sexe par exemple, que ce soit seul-e ou à plusieurs. Tu peux explorer ce qu'il y a autour du sexe, les lèvres, les testicules, les cuisses etc. mais tu peux aussi varier tes mouvements, tenter une approche en douceur, tester différents rythmes, jouer avec les sensations et la venue ou non de l'orgasme etc.

On peut même dire qu'il existe plusieurs façons de jouir. En fonction de ce qui est stimulé par exemple.
Pour une femme cis, une stimulation simultanée du capuchon du clitoris et de l'anus peut donner un oragsme très puissant et différent d'une stimulation clitoridienne. Pour un homme cis, une stimulation du pénis et de la prostate (par pénétration ou pas massage de la zone du périnée) peut donner un oragsme très puissant et différent d'une stimulation pénienne.

De même certaines pratiques sont plus excitantes que d'autres et amènent à des orgasmes différents.

Mais les orgasmes peuvent aussi avoir des différences plus subtiles. Ceux-ci peuvent être ressentis plus ou moins satisfaisants, puissants, ou simplement différents, en fonction de ton/ta/tes partenaires, du temps que tu as mis avant de jouir, de comment tu as été stimulé-e, si tu étais très excité-e ou pas avant etc. etc.

De la même façon, tes orgasmes peuvent être différents quand tu te masturbe seul-e, avec ou sans sextoy, quand tu fais l'amour ou quand tu baises.

Le toucher comme plaisir

D'ailleurs soit bien conscient-e que jouir ne nécessite pas forcément une relation sexuelle, il y a plusieurs manières de jouir, par le toucher par exemple. Le simple fait de recevoir un massage ou bien de voir l'autre jouir/prendre du plaisir peut amener un orgasme.
Comme il y a différentes manières de jouir tu te doutes bien que c'est très difficile à expliquer comme ressenti. Tu peux ressentir un orgasme sans pour autant l'appeler ainsi.

Toutes ces subtilités font que même si tu es excisée tu peux ressentir du plaisir et jouir.

Au final, ce que j'appelle orgasme depuis le début de cet article ce n'est pas tant ce moment final et puissant mais plus simplement le fait de vibrer de plaisir, d'être satisfait-e et de simplement te sentir bien. Ce qu'une bonne pizza devant un bon film peut aussi apporter au final ;)
C'est à toi de définir ta façon de jouir et à personne d'autre. Et si tu n'as pas envie de mettre de mot dessus et bien c'est ok !

Retiens que tu peux jouer avec ton corps et qu'être à son écoute peut te permettre de mieux savoir ce que tu attends, ce qui te convient et ce qui te fait vraiment plaisir.

 

Posté par Val_hou à 14:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


== Publicité ==

17 septembre 2017

Dossier Poil

Et voilà ! Le dossier poil est arrivé !

Je sais que je vous avais proposé un dossier d'été mais cet été j'étais sur un autre projet. Donc voilà enfin le dossier tant attendu, j'espère qu'il vous plaira ! N'hésitez pas à le partager c'est du bon, du bio, du décomplexé sans culpabilité ! <3

 

Le document est disponible en PDF sur google drive sans connexion nécessaire :

Google : >>Poil<<

 

Coeur sur toi

PS: On se retrouve bientôt pour un nouvel article et un rythme de rentrée ! ^_^

 

Posté par Val_hou à 15:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

10 juin 2017

Appel à témoignages !

Oye Oye !

Pour cet été je vous prépare un format spécial !

Les poils et les pratiques anales auront droit à leur dossier spécial !

Il y aura des illustrations évidemment, des articles sur des aspects bien précis, des astuces et même une touche d'humour avec de faux quizz !

Mais pour cela j'ai besoin de témoignages !

Si tu veux témoigner sur ta relation à tes poils et/ou à la pratique anale envoies moi un mail à : merylesalingue@yahoo.fr

Tu écris ton témoignage, le nom, pseudo ou lettre avec laquelle tu veux signer et le genre dans lequel tu te définis et zou ! Que tu sois trans ou cis, quel que soit ton genre, toutes les contributions sont les bienvenues !

N'hésites pas à partager cet appel, merci ;)

et une illustration en bonus ;) 

 

ancre

Posté par Val_hou à 16:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mai 2017

Le mythe de la virginité

Ce mythe est très problématique parce qu'il véhicule beaucoup d'idées fausses qui peuvent causer des violences.
On considère la virginité des personnes possédant un vagin comme quasi sacrée. Comme si la personne était pure et se salissait soudainement au prétendu « déchirement » de l'hymen. Ce qui n'est absolument pas le cas pour les personnes dotées d'un pénis.

Le mythe de la virginité vaginale est basé sur des croyances mêlant sexisme, religion et ignorance. Sauf que l'on est en 2017 et que maintenant, on sait. Enfin, une poignée sait tandis qu'il semble plus simple aux autre de ne pas chercher à savoir.

Voyons ensemble pourquoi ce mythe est faux.

Différents types d'hymens

La notion de pureté, bien qu'elle s'applique dans une moindre mesure à tous les genres, reste malgré tout très forte pour les personnes ayant un vagin.
Encore une fois, celles que l'on reconnait comme femmes sont fragilisées afin d'être mieux contrôlées. Et quand la sexualité d'une partie de la population est considérée comme une menace il semble important à l'autre partie de la culpabiliser. On se retrouve ainsi à être toujours coupable, quoi que l'on fasse.


Caresses en soiréeMais la virginité n'indique en rien la pureté qui au final reste une notion assez abstraite. Il faut arrêter de croire que les personnes ayant un vagin sont comme des bocaux avec un opercule garantissant la fraîcheur ! L'image est un peu dure mais c'est pourtant ainsi que se passent les choses. D'autant que cet opercule n'existe même pas !

Et l'hymen ? Me demanderas-tu.
On croit volontiers que l'hymen est une membrane qui recouvre entièrement l'entrée du vagin, telle une protection solide qui doit être déchirée avec violence. Avec des idées pareilles pas étonnant de se retrouver avec des mythes de pureté. Reprenons :
L'hymen est en réalité une membrane élastique, j'insiste sur élastique, qui s'étire donc et ne se déchire pas. Elle fait partie de ton corps si tu as vagin, c'est une excroissance de peau innervée, elle aussi, et donc sensible. Un petit bout de peau qui protège en somme. On peut même faire un parallèle avec le pénis qui doit être décalotté, afin de s'assurer que la peau glisse bien et qu'il n'y ait pas d'infection, qu'une érection ne sera pas douloureuse etc. Aucun morceau de peau n'est déchiré ou perdu.
Les doigts, les tampons (au moins bio svp), le sport, l'équitation, ne font qu'étirer l'hymen.


Il existe différents types d'hymens, tous percés d'une certaine façon, avec une ouverture plus ou moins grande. Certaines personnes ont un hymen complet qui recouvre en effet toute la surface mais ce n'est pas le plus répandu, c'est même très rare. Et d'autres personnes n'en n'ont simplement pas. D'autre à moitié etc. Il n'y a pas de règle en la matière.
Les règles justement parlons-en. Crois-tu qu'elles pourraient s'écouler si l'hymen obstruait tout ?

Celui-ci ne doit pas se déchirer comme on l'entend trop régulièrement, et si saignements il y a c'est souvent parce que la pénétration s'est faite trop vite et sans préparation adéquate.

 

Plaisir et préparation

La méconnaissance de cette anatomie et la croyance qu'une personne reconnue comme femme doit souffrir, surtout lors de sa première fois et de son (potentiel) accouchement, font, qu'effectivement, les premières pénétrations avec quelque chose de plus gros qu'un doigt font mal. Mais ça ce n'est pas tant une question d'hymen que de vagin. Même après des années de pratique sexuelle il est possible d'un jour être trop stressé-es et de voir son vagin rejouer la scène du Balrog « Vous ne passerez pas ! ». Ces conseils sont donc pour tout le monde !
Mais souvent ce sont les premières pénétrations réputées comme les plus douloureuses et qui donc inquiètent le plus ; Si l'on est stressé-e, pas préparé-e, qu'on y va trop vite etc. La bonne nouvelle c'est que la douleur peut être amoindrie voir évitée.

 

Baiser et plus si affinitésÊtre détendu-e :
D'un point de vue technique mieux vaut être détendu-e, si tu stresses tu contractes et donc ça passe moins bien.
En avoir envie :
Ce genre de choses doit évidemment être consentie, mais parfois on peut se dire qu'on en a marre d'attendre, que comme ça c'est fait. Mais si on n'en a pas envie, souvent c'est le corps qui le dit, encore une fois en contractant. Peu de chances que ça passe donc, en tout cas pas sans douleurs.
Etre lubrifié-e :
Lorsque vient l'excitation le corps produit de la cyprine, en plus ou moins grande quantité selon les personnes, périodes, excitations etc. Qu'importe ta production, si tu sens qu'un peu plus de lubrifiant t'aidera, mets-en ! Aucune honte à ça, c'est très utile et plus l'entrée est lubrifiée, mieux la pénétration se passera.
Préparer le terrain :
Comme tu l'as compris, la préparation c'est important, évites donc d'y aller d'un coup. Prends ton temps, commence par un doigt, puis deux, puis...trois ? à toi de voir, en tout cas sers-toi de méthodes douces pour assouplir ton hymen. Cet assouplissement peut se faire sur une longue durée, en somme tu habitues ton vagin.
Des accessoires :
Que la pénétration se fasse avec une bite en chair ou non, tu peux utiliser des accessoires, c'est l'avantage avec les godes, on peut choisir leur taille. Il en existe des minis, de formes différentes, qui commencent petits puis grossissent lors que l'on va vers la base.

 

Se voir nu-ePour certaines personnes la première fois ou première pénétration est importante, pour d'autre non. Chacun-e la gère à sa façon, mais je me permets ce conseil : connaissez bien votre partenaire et apprenez à connaître votre corps et le corps de l'autre. Avoir l'habitude de se voir nu-es, de se toucher, se caresser, ça permets d'être moins stressé-e.
Mais du coup, à quel moment « perd-t-on sa virginité » ?
Encore une fois cela va dépendre de la conception de chacun-e. Qu'il s'agisse de la première masturbation consciente avec ou sans pénétration, les premières caresses avec quelqu'un, la première fois qu'un-e partenaire pénètre avec un doigt, un gode ou un pénis. Ou que même ce genre de « première fois » n'a pas compté. C'est une notion abstraite, surtout lorsqu'on sait que l'hymen s'étire selon son bon vouloir, suivant son activité physique et qu'il peut ne plus vraiment être là lors de la première pénétration.
Et si l'on suit la logique pénétration = perte de virginité, les tampons sont donc nos premiers amants ?
En attendant il serait préférable d'arrêter de considérer que l'on perd quelque chose, mais plutôt que l'on y gagne, non ?

 

Deux vidéos géniales qui expliquent en détail ce qu'est l'hymen:

Sexpédition
La ChroNique



Posté par Val_hou à 22:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

25 avril 2017

Comment prendre soin de son vagin et sa vulve

loveyourvulve

Attention au savon
Il est courant de croire que la vulve c'est sale. C'est totalement faux. Ça ne l'est pas plus qu'un pénis.
D'abord il y a les poils qui sont là pour protéger la vulve des saletés et éviter les frottements et irritations, c'est la seule partie que l'on peut effectivement savonner et encore avec précaution. Ensuite la vulve, plus ou moins exposée selon sa forme, ne se lave pas au savon, jamais ! C'est une partie très sensible et fragile et y mettre du savon peut nuire à sa santé. Pareil pour le vagin qui possède sa propre flore. Inutile donc d'y mettre un savon spécialisé, surtout si tu as une flore intacte.
De l'eau rien que de l'eau, claire et tiède pour nettoyer tes replis intimes et avec les mains propres bien sûr ! Sinon attention aux mycoses.

nosoap

Aller aux toilettes après un acte sexuel pour éviter les infections
Quand tu as un vagin il est courant que tu aies une envie d'uriner après une pénétration vaginale, suis cette envie ! Aller aux toilettes après le sexe est un moyen de nettoyer les bactéries qui remontent dans ton urètre pendant l'acte et ainsi d'éviter les infections.

Les vêtements serrés
Ta vulve est une partie délicate au taux d'humidité élevé. Elle doit donc pouvoir respirer tout en restant au sec. Et ce n'est pas parce que tu ne l'as pas sous le nez que tu dois la maltraiter. Les personnes ayant un pénis font généralement attention à ne pas mettre leur paquet à l'étroit dans leur pantalon, donc pourquoi ne pas en faire autant en cas de vulve ?
Mettre des sous-vêtements et vêtements trop serrés –ce qui peut provoquer le fameux kamel toe- c'est agresser ta vulve toute la journée, la matière frottant dessus en continue. Et en plus ça l'empêche de respirer, un bon moyen d'attraper des mycoses.

2jean

Toujours nettoyer précautionneusement à l'eau chaude et au savon neutre ce que tu mets dans ton vagin.
Le vagin possédant ses propres bactéries, l'introduction de nouvelles bactéries peut être très mal vécue. Le souci c'est qu'il y a pas mal de choses que tu peux introduire dans ton vagin sans penser aux normes d'hygiènes, à commencer par les doigts. Les mains sont pleines de bactéries, elles touchent des objets eux-mêmes plein de bactéries ! Clavier, toilette, clef, rampes de métro etc. Et n'oublies pas les ongles !
Il en va de même pour les godes mal entretenus et évidement pour les pénis. Odeurs suspectes, moumoutes de sous-vêtement, fils et fluches ? à la douche ! C'est ton droit le plus entier de demander à ta/ton/tes partenaires d'avoir les mains/pénis/godes propres avant de toucher tes orifices.

clean
Rester au sec...mais pas trop !

Cette zone étant déjà humide de base, il est déconseillé de l'humidifier d'avantage, du moins sur la durée. C'est pourquoi il est important de sécher correctement les poils et les cuisses après une douche, sans toutefois irriter la vulve avec la serviette !
De même veille à changer régulièrement tes sous-vêtements. Sécrétions, transpiration, retombées de ta dernière partie de jambes en l'air, tout ceci humidifie tes dessous et créer un environnement propice aux bactéries. Donc si tu te sens trop humide n'hésites pas à mettre un dessous propre en coton.
Mais attention à ne pas irriter à force de vouloir un entre-jambe sec ! Une certaine humidité est nécessaire et certaines choses assèchent cette partie. Attention donc à ne pas trop s'essuyer avec du papier toilette.

Choisir des serviettes et papiers toilettes sans odeurs et autres produits chimiques
On commence à peine à s'en rendre compte mais nos produits d'hygiène intime courants sont nocifs. Notamment les tampons, pouvant provoquer des chocs toxiques, notamment à cause de tous les produits nocifs qu'ils contiennent, produits que tu mets directement dans ton vagin et tes muqueuses. En plus d'être toxiques et dangereux ils sont également très irritants. Encore un bon moyen de détruire ta flore.
Quant aux serviettes, bien qu'elles ne provoquent pas de choc, elles n'en restent pas moins des aberrations pour ta flore vaginale. A force de vouloir masquer ces odeurs qui sont pourtant naturelles, les serviettes sont surchargées de produits et odeurs chimiques que tu mets...tout contre ta vulve !
Donc si tu as des menstruations privilégie la cup en silicone, les serviettes lavables ou les serviettes bios.

Pour le PQ c'est la même chose, des odeurs, des couleurs, que tu mets directement sur ta vulve, ton anus ou ton pénis. Soins sympa et fou la paix à tes muqueuses en optant pour du papier blanc sans odeur.

free

 

Posté par Val_hou à 16:04 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


== Publicité ==

25 février 2017

Mais que faire de tout ce sperme ?

Aujourd'hui on parle de sperme !
Mais plus précisément d'éjaculation et surtout ce qu'on fait une fois le sperme dehors.

 

Branlette à l'air libreNous avons déjà abordé le thème des sécrétions, tu sais donc déjà que quoi qu'il arrive tu vas être en contact avec pas mal de liquides pendant un acte sexuel. Le liquide le plus « problématique » c'est bien le sperme.

Dans un premier temps, gardes-toi éloigner de lui si tu n'es pas sûr.e à 200 % de la santé de ton/ta partenaire ou même de la tienne. Ça veut dire mettre une capote pour la pénétration et pour l'oral (fellation, cunnilingus et anulingus) . Et oui, la fellation&co sont aussi un moyen d'attraper une MST, dont le SIDA.*

Mais une fois les tests passés, tu vas pouvoir t'en donner à cœur joie !
Enfin...pas tout à fait.

Déjà on est pas tous et toutes à l'aise avec le sperme. De fait, personne n'a à exiger de toi que tu acceptes de l'avaler ou de le recevoir dans la figure, ou ailleurs, tout comme tu n'as à l'imposer à personne.

Avaler n'est JAMAIS une obligation. Tu peux accepter un jour et refuser le lendemain.


Tu peux demander à ton/ta partenaire de te prévenir lorsqu'iel va éjaculer, que ce soit par un mot-clef ou un geste.
Tu peux l'avaler, aller le recracher dans l'évier, le recevoir sur toi et même, si ton/ta partenaire est d'accord bien sûr, garder le sperme en bouche et aller l'embrasser.
Dans tous les cas, demande à ton/ta partenaire ce que vous allez en faire cette fois-ci.

Je parle pour la personne qui reçoit, mais bien sûr la personne qui donne/éjacule n'a pas le droit de forcer l'autre à quoi que ce soit. Elle n'a pas le droit de la forcer à avaler par exemple ou même de lui reprocher de ne pas le faire.

Ce n'est pas une obligation d'avaler ou de recevoir une faciale. Ce n'est pas parce que ça se fait dans le porno que ton/ta partenaire en rêve dans la vraie vie.

Une fois les consentements accordés, il est temps de se préoccuper des détails post-sexe.


facialeComme dit dans l'article sur les sécrétions, si du sperme est éjaculé dans l'anus ou le vagin, il va redescendre et donc couler.
Mais le sperme ça tâche et ça colle, penses-y avant de décider ce que tu vas en faire.
Parce que tâcher ses draps et prendre une douche quand on vit dans son propre chez-soi c'est une chose, mais ça peut devenir compliqué quand tu es en visite chez tes parents par exemple.
Ha et surtout quoi qu'il arrive, fermes les yeux.

Dernier point : le fantasme.
Certaines personnes se sentent mal à l'aise à l'idée de tester quelque chose avec le sperme. Iels ont secrètement l'envie de le recevoir sur le visage par exemple mais ont peur que ça fasse trop « salope » ou que l'autre se moque. Iels peuvent même se sentir coupable de vouloir et d'aimer ça.

Recevoir le sperme ailleurs que dans le vagin est tabou. La société nous incite à respecter ce tabou et si on le brise, c'est qu'on est dans la catégorie porno ou anormale.
C'est évidemment faux. En privé, tu fais ce que tu veux avec ton/ta/tes partenaires, du moment qu'iels sont majeures et consentant.es bien sûr. Et ces pratiques n'ont pas à être régies par une quelconque normalité.
Donc si tu veux reproduire une position vue dans un porno, te prendre une éjaculation et kiffer ça ou bien tester des sextoys, tu es libre de le faire, comme tu es libre de ne pas le faire.

 

 

*Pour en savoir plus sur les risques liés à la fellation

Posté par Val_hou à 20:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 janvier 2017

Les sécrétions, c'est la vie !

La façon dont nous voyons la sexualité se focalise sur la pénétration et l'éjaculation, toutes les sécrétions d'avant ou d'après ou hors relations sexuelles sont ignorées et parfois même blâmées ! Pourtant elles sont toutes importantes et utiles et il est même intéressant de les connaître.

Bienvenue dans le monde merveilleux des sécrétions !

Sex Is Moist

 

Le corps est fantastique, il fabrique lui même son lubrifiant !
Lorsque tu es sexuellement excité.e, ton corps fait en sorte de produire des sécrétions qui aideront à la pénétration. Cyprine pour les vagins, liquide pré-séminal et séminal pour les pénis.

Liquide pré-séminal

Les liquides séminal et pré-séminal sont trop souvent oubliés, pourtant c'est important de connaître leur existence ! Les pénis sécrètent ces liquides lorsqu'ils sont excités, de manière plus ou moins abondante. Ces liquides contiennent eux aussi des spermatozoïdes. C'est pourquoi il est faux de croire que se retirer avant l'éjaculation est un moyen sûr de contraception.
Quant à la cyprine, bien qu'elle soit d'avantage connue, elle n'est pas assez mise en valeur, c'est pourtant l'une des conditions principales pour une pénétration sans douleur.

Mais les sécrétions ça prend un peu de temps et d'excitation pour arriver à un taux suffisant pour une pénétration/masturbation agréable. C'est pourquoi il est fortement déconseillé d'y aller à sec, que ce soit pour pénétrer un vagin ou un anus, ou branler un pénis.
Si ce n'est pas assez lubrifié il y a des risques de saignement. Oui, parce que le corps ne saigne pas naturellement pendant une pénétration, première fois ou pas, s'il y a du sang c'est qu'il y a déchirement et donc que ce n'est pas assez préparé.

 

Du coup n'hésites pas à utiliser du lubrifiant (toujours compatible avec ton moyen de contraception et tes muqueuses!) et ça tombe bien parce que du lubrifiant tu vas en avoir besoin si tu pratiques l'anal.

En réalité l'anus produit une faible quantité de lubrifiant, mais prévue pour faire sortir les excréments sans douleurs. Pratique !
Là encore préparation et lubrifiant seront tes meilleur.es ami.es.

Pour préparer un organe génital ou anal il faut y aller doucement. D'abord l'excitation procurée par divers éléments comme les caresses, baisers etc. devrait déclencher du lubrifiant naturel. Mais il arrive que ça ne soit pas suffisant, pas de panique, tout est normal, rajoute une noisette de lubrifiant artificiel.
Puis tu peux commencer à pénétrer en douceur, avec un doigt pour commencer, afin d'élargir en douceur.

PVulve après le sexeendant des relation sexuelles il peut y avoir beaucoup de fluides qui se mélangent : cyprine, sperme, lubrifiant, liquide séminal, salive...mais tout ça ne disparaît pas une fois le coït terminé ! Il faut bien que ça aille quelque part. Ça se colle dans les poils et surtout ça finit par redescendre le long de tes cuisses.

Une fois la relation sexuelle terminée tu peux déjà commencer par essuyer le plus gros à l'aide d'un mouchoir, de pq ou encore d'essuie-tout. Ce conseil est valable autant pour l'anus, que le vagin que le pénis.

 

 

Pénis après le sexeBon, le soucis c'est que tout ne redescend pas tout de suite. Mais tu peux aider en allant aux toilettes et en prenant une douche. Attention toutefois, ne dirige pas le jet d'eau directement dans l'orifice, ça pousse plus que ça ne nettoie. Si tu peux mets la culotte/ le caleçon que tu préfères le moins pour la nuit/la journée et hop à la lessive ! Dans tous les cas c'est normal.

Quand tu as un vagin, celui-ci se régule de lui-même. Pour se nettoyer et prouver qu'il va bien, il sécrète, c'est ce qu'on appelle des pertes blanches.
Elles sont généralement le signe d'un vagin heureux et en bonne santé ! Fais attention tout de même à ce que les pertes ne soient pas trop abondantes ou dégagent une odeur désagréable.

Autre chose qui sort de ton vagin et qui est naturel : les règles. Elle méritent un article à elles toutes seules, mais en attendant, saches qu'elles sont naturelles et que non, maison close d'excrèments, elles ne sont pas sales !!

L'Origine du monde aussi a ses règles

Le pénis a lui aussi sa petite astuce auto-nettoyante : le liquide pré-séminal qui sert à nettoyer l'urètre et à la rendre moins acide pour le passage du sperme. Le liquide pré-séminal et séminal peuvent contenir des spermatozoïdes et transmettre des MST, donc méfiance !

 

En bref les sécrétions font parties de la vie et te facilitent la vie ! Elles ne sont pas un signe de saleté mais bien un signe de santé et de bon fonctionnement, remercies-les !

Les gros.ses baisent aussi

Inspiré de Jessamyn Stanley

 

La vie sexuelle n'est pas réservée aux personnes minces et blanches qu'on peut voir à Hollywood.
Vous savez celles qui se réveillent en soutient-gorge après une nuit torride passée à lustrer le plan de travail de la cuisine avec leurs fesses...Mais cachons-nous sous les draps après ça !

 

beach body readyTout le monde a des complexes, mais les personnes grosses sont souvent plus complexées que les autres, parce qu'on leur apprend à l'être.

C'est vrai qu'on peut se sentir mal à l'aise avec son corps et donc ne pas être tout à fait à l'aise au moment de l'acte sexuel. Et ce n'est pas réservé aux personnes en surpoids, mais aujourd'hui on parle d'elles.

 

Mais quand on est gros.ses on subit la grossophobie et c'est fatiguant.

 

Cela signifie que les gens vont partir du principe que ton poids t'empêche de faire un tas de choses comme courir, faire l'amour, travailler, être sexy, aimer ton corps, danser etc.

Le soucis c'est qu'à force d'entendre qu'en tant que gros.ses c'est quand même étonnant qu'on ose montrer son corps et faire l'amour/baiser, et ben on finit par y croire et par se sentir moins légitime dans l'acte.

 

 Gros et actif sexuellement

 

 

 

Jamais ton corps ne doit t'empêcher de prendre du plaisir.
Ton corps est ce qu'il est, il t'appartient. Comme disent les bouddhistes, c'est ton temple.

Le fait d'être gros.ses n'empêche pas d'avoir un clitoris et/ou un pénis.
Donc le plaisir est accessible. Ton plaisir est permis.

Ton corps est un incroyable outil, et quand tu fais l'amour c'est un outil encore plus performant !
Tes nerfs, tes organes, tes sens, ton cerveau, tous, t'envoient des signaux du plaisir.
Tu peux jouir et faire jouir avec ce corps.
Tu peux faire des positions classiques ou dignes des plus grand.es acteurs/rices porno.

Ton corps peut même disparaître pendant l'acte, parce que tu ne fais plus qu'un.e avec l'autre, parce que tu oublies qu'il existe et tu te concentres sur l'instant présent. Le plaisir présent.

 

 

 

 

Grosse et active sexuellement

Tu mérites une vie sexuelle, celle qui te plaît.
Tu mérites de te faire du bien, que quelqu'un te fasse du bien.

Ton corps est beau, ton corps n'est pas un obstacle.
Ton corps est un merveilleux lien avec les autres et le plaisir.

C'est la société qui te dit du mal de lui. Tout ce que tu peux penser de ton corps est une construction sociale.
Alors oui, ce n'est pas facile de s'assumer et de voir que tu as peut-être plus de difficultés que les autres, mais ça ne change rien à ce que tu peux faire.

Tu peux faire du yoga, du sport, danser, courir, faire l'amour, te trouver sexy, être en bonne santé, être fiè.re.

 

 

 

 

 

 

Jessamyn Stanley est loin des corps standard du yogis et pourtant elle a un bon niveau et donne même des cours.


Gras Plotique, un groupe qui revendique le bien être, iels ont même fait une liste de médecins safes et non safes .

L'espace témoignage du génial site (actuellement en maintenance) Mince t'es grosse !

Posté par Val_hou à 19:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

01 janvier 2017

Cachez ces seins photoshopés que je ne veux plus voir !

De toutes les formes !

Niveau objectification sexuelle, notre société y va fort : le ventre, les fesses et jusqu'aux la parties les plus intimes de soi : la vulve et le pénis. Évidemment, les seins n'échappent pas à cette recherche de la fausse perfection.

Je ne t'apprends rien en te disant que toutes les parties du corps sont idéalisées à l'extrême, et basées sur des standards de beauté irréalistes.
Ainsi, la femme parfaite serait blanche, blonde ou brune, avec des lèvres pulpeuses, de gros seins ronds, une taille fine mais des hanches un peu larges etc. Je te renvoie à cet article très pertinent pour constater l'absurdité de la femme idéale.

Le soucis c'est que ces standards, en plus d'être irréalisables, sont excluants. Quid des personnes non-valides, noires, eurasiennes, grosses etc. ?

Tenter d'attacher son soutif...et y arriver !J'en viens donc aux seins.

Dans notre société ils sont instrumentalisés, il faut qu'ils soient ronds, gros, rebondis et ne doivent surtout pas pointer ! Ils sont une extension, voir une représentation de la féminité. Une femme sans poitrine ne serait donc pas vraiment une femme ?

A force, nos seins ne nous appartiennent même plus. Limités à un moyen d'échange ou encore à définir notre beauté (sérieusement ?!), ils sont toujours mis en avant pour plaire à l'autre mais pas à nous même. Et surtout, difficile d'aimer ses seins s'ils ne sont pas comme tous ceux -identiques!- qu'on nous matraque à longueur de publicités.

Le paradoxe en est à un tel point que quelque soit la poitrine que l'on a, elle est jugée.

Les femmes ayant des problèmes de dos ou de l'inconfort lié à leur grosse poitrine se feront juger si elles se font une réduction mammaire, se faisant asséner « qu'avoir une grosse poitrine c'est génial », niant ainsi leur ressenti.
Et celles se faisant augmenter la taille de leurs seins ou utilisant des push-up seront jugées comme superficielles.
Soyons clair.es, il n'y a aucun mal à faire l'un ou l'autre de ces actes, le tout et de savoir pourquoi on le fait. Et le soucis c'est le jugement que l'on porte dessus.

Dans les deux cas, c'est pas terrible pour l'estime de soi.

Diversité

Seulement voilà, ces seins idéalisés n'existent pas. Aucune femme n'aura les mêmes seins qu'une autre.
Alors certes, les soutiens-gorge et les vêtements ont tendance à uniformiser leur apparence, mais la réalité toute nue est que chaque poitrine est différente et unique.

La taille ou forme de ta poitrine ne te définit pas. Elle ne te définit pas en tant que femme comme elle ne te définit pas en tant qu'individu.
Tu peux être une femme et ne pas être née avec des seins, comme tu peux être un homme et être né avec une grosse poitrine.
Ta poitrine t'appartient. Après tout c'est toi qui la porte, c'est toi qui éprouve des sensations quand on/tu la touche.
Elle n'est pas un accessoire, elle fait partie de toi. Libre à toi de la modifier, de la mettre en valeur ou de brûler ton soutiens-gorge.

Je ne vais pas lister tous les seins, mais saches qu'il existe un tas de formes et que la taille des seins varie avec les aléas de la vie, le poids et/ou les hormones. D'ailleurs les seins ne sont pas lisses et immaculés ! On peut y voir des veines, des aspérités, des vergetures, et c'est normal !

N'oublies pas tes tétons qui ont le droit de pointer si ça leur chante. D'ailleurs tu peux trouver des tétons de beaucoup de formes, couleurs et tailles différentes.

Du coup voici quelques conseils pour renouer le contact avec ta poitrine :

Les toucher
Ça peut paraître bête dit comme ça, mais porter attention sur certaines parties de ton corps ne peut pas te faire de mal. Quand on se lave ou s'habille, la monotonie fait qu'on ne prête pas forcément attention à ce que l'on fait, mais tu peux prendre le temps d'admirer tes seins, de les sou-peser, de leur donner des formes, de te faire pointer etc. Bref, de jouer avec.Massage sensuel

Retrouver des sensations
Certaines personnes sont très sensibles et d'autres absolument pas, mais en général la sensibilité varie d'un pôle à l'autre. En fonction de quoi ? Du taux d'hormones, de l'excitation, du moment, de la stimulation, de la conscience etc.
Tu peux très bien ne pas être sensible en temps normal mais te découvrir une sensibilité au moment du coït.
Du coup tu peux tester, te masser ou pincer le téton pendant la masturbation ou le sexe avec quelqu'un, demander à l'autre de participer, d'essayer de lécher, mordiller, souffler, pincer, masser.

Te réapproprier ta poitrine
Souvent la poitrine n'est qu'un outil pour séduire, et quand quelqu'un y fourre son nez ou ses mains, c'est souvent pour son plaisir à lui/elle et pas le tien.
Il est important de redéfinir tes limites. Est-ce que tu aimes vraiment quand il/elle fait ça ? Et toi, qu'est-ce qui te plairait d'expérimenter avec ta poitrine, tes tétons ? Est-ce que tu considères que l'autre te touche trop la poitrine sans se soucier de ton plaisir ? Ou au contraire il/elle a tendance à la délaisser ?
Poses-toi les bonnes questions sur ce que tu veux et apprends à écouter tes ressentis.

 

Et les sous-vêtements dans tout ça ?
Voici un bien beau débat entre les porteurs/euses et non-porteurs/euses de soutiens-gorge. Dans les deux camps, que tu aies ou non une grosse poitrine, les pour et les contre se valent. A toi de faire ton choix, car après tout c'est ton confort qui compte.
Si tu choisis de porter un sous-vêtement, pourquoi, pour qui ? On voit souvent l'achat de lingerie comme quelque chose visant à faire plaisir à l'homme...pas très inclusif tout ça.
Outre le fait que tu as peut-être une copine ou une conjoint.e non binaire qui peut tout à fait apprécier ta poitrine en dentelle, quid de ton appréciation ? Pourquoi ne pas d'abord te faire plaisir à toi en portant, une forme ou une couleur qui te plait plutôt que de vouloir faire plaisir à quelqu'un d'autre ?

Jolis dessous et petite poitrine


Contrairement à ce que les marques laissent penser, il existe bel et bien de la lingerie pour petites poitrines, dans tous les cas renseignes-toi pour connaître la forme qui te conviendra le mieux.
Et si ta poitrine te gêne, saches qu'il existe une brassière nommée « binder », te permettant d'aplatir tes seins. En général c'est une brassière qu'utilisent les personnes trans, mais tu peux aussi opter pour le soutient gorge de sport qui applatit, maintient et résiste.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une marque de lingerie qui prone l'amour de sa poitrine telle qu'elle est <3

Être ronde avec une petite poitrine, tu n'es pas seule !

 

 

 

Posté par Val_hou à 15:14 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

10 décembre 2016

Guide d'Onanisme Accessoirisé

Un gode ça ne se choisit pas comme on choisit ses fruits au marché. Et surtout ce n'est pas quelque chose qu'on offre mais plutôt qu'on s'offre.
Idem si l'on est deux, on n'impose pas un jouet à sa moitié, le mieux c'est d'en parler avant et de choisir ensemble. Mais bien sûr, une fois l'accord de l'autre validé, tu peux le/a surprendre avec un modèle ou une couleur originale.

Il y a beaucoup de choses à savoir sur les sextoys et on peut se sentir perdu.e, surtout quand on doit demander des conseils à un vendeur ou une vendeuse inconnu.e.
Puis surtout quel gode choisir ? Et comment le choisir ? Ça tombe bien voici un guide non exhaustif !

Les modèles

Le vibromasseur « simple »

Ce modèle date du XIXe siècle (et non Cléopatre n'a rien inventé stop bullshit), il était à l'époque utilisé par les médecins pour "soigner les femmes atteintes d'hystérie". Je rappelle que l'hystérie n'est pas une maladie réelle, mais du sexisme. Même la reine d'Angleterre avait le sien !

vibromasseurs

Le « rabitt »

Appelé ainsi pour son "oreille" qui permet de stimuler le gland du clitoris tout en pénétrant vaginalement.

(perdu.e sur l'anatomie vaginale ? RDV ici)

Rabbit

Le gode « simple »

Ce gode est beaucoup plus vieux que le vibro, on en retouve à toutes les époques, parfois simplement pour la fertilité, d'autres fois pour l'utiliser seul.e ou à plusieurs. Il existe différentes formes et gabarits, l'imagination n'a pas de limites !

stub

Le gode conçu pour l'anal

Fort pratique car un anus demande de la préparation avant d'être pénétré et ce gode est pensé non seulement pour stimuler et élargir l'entrée de l'anus en douceur, mais également pour stimuler la prostate quand il y en a une.

Gode anal

Le stimulateur clitoridien

Quand on a pas envie de pénétration vaginale ou qu'on a une crampe, cette technologie s'avère fort utile ! Une manière douce de découvir la sensibilité de son clitoris.

masseur clitoridien

Le masturbateur pénien

De ce côté il faut bien avouer que c'est un peu faible, jusque là on avait soit un "faux vagin" soit des modèles assez coûteux. Mais la marque Tenga offre de nouvelles possibilités et à prix abordables. Je vous conseille de faire un tour sur le site pour comprendre le fonctionnement de cet oeuf (oui j'avoue que mes capacités artistiques n'ont pas su retranscrire la chose)

oeuf tenga

Les règles de base

La qualité en priorité !
Réfléchis bien quand tu achètes un gode parce que tu vas le mettre dans des endroits très intimes ! Et ce serait dommage qu'il contienne des substances chimiques n'est-ce pas ?
Toujours choisir un matériau safe comme le silicone chirurgical et surtout sans phtalates.
Évites la "jelly" qui devient poreuse avec le temps et se transforme en nid à bactéries. Même si c'est moins cher ce n'est pas un bon rapport qualité/prix.
Même les meilleurs sites n'affichent pas toujours les composants, tu es en droit de demander ce qu'il y a dans le produit, mais tu peux aussi savoir par toi-même, en connaissant les matières à risques ou non (rdv en fin d'article)

Quoi dans quoi ?
Il faut savoir différencier les godes anaux et vaginaux. Si certains sont fait pour les deux, d'autres ne sont absolument pas faits pour ça.
Et surtout il ne faut jamais mettre un gode n'ayant pas de socle dans un anus ! Celui-ci étant aspirant, il est facile d'y perdre quelque chose et plus encore d'y pousser quelque chose en voulant le récupérer.
De même, la flore anale et la flore vaginale n'étant pas les mêmes il ne faut jamais passer de l'un à l'autre sous peine de mycoses et d'infections !

Les risques
Ce n'est pas parce que c'est du silicone qu'il n'y a aucun risque. Si tu ne connais pas le bilan médical de ton/ta/tes partenaires, c'est préférable de mettre une capote sur le gode avant de se l'échanger.
D'un point de vue pratique, il vaut mieux un gode qui se nettoie facilement. Si un interstice ou une rainure n'est pas accessible au nettoyage, c'est un potentiel nid à bactéries.

Utiliser et nettoyer
Pour utiliser le gode, c'est un peu comme pour les capotes, il faut s'assurer que le lubrifiant est compatible : jamais de lubrifiant au silicone sur du silicone par exemple. Gode poreux = infection.
Pour le nettoyer c'est soit un nettoyant fait exprès pour ça, soit de l'eau et du savon au ph neutre. Mais jamais de produit à base d'alcool ou non compatible.

Mieux tu nettoies, plus tu le gardes longtemps et en bon état !

Pour qui ?
Qu'importe ton genre ou ton orientation sexuelle, si ça te tente, tu peux trouver le modèle qui te convient le mieux. Tu peux l'utiliser aussi bien seul.e qu'à deux ou plus.
Certaines personnes se sentent menacées par un gode, pourtant celui-ci ne remplace pas la personne et peut même s'avérer très utile ! Par exemple pour pimenter, découvrir ou prendre le relai. Vois-le comme un allié.

Combien ?
Dans les godes il y a un peu de tout, mais le mieux c'est quand même d'aller voir en sex-shop (physique ou non) et de se méfier des prix trop bas. Mais le prix dépend de ce que tu cherches et de la marque.
Les vibromasseurs ont besoin d'une certaine qualité pour éviter la surchauffe, le minium pour un vibro c'est 40€.
La marque est souvent gage de qualité, ce qui explique les prix, mais ce n'est pas une raison pour ne pas s'assurer la qualité du produit.

 

 

Les sites pour trouver ton bonheur:

Fun Factory, une marque Allemande dont les produits sont de qualité et dessinés avec soin.

Tenga, dont les produits sont innovents et audacieux

Bananasexshop, à visiter avec soin car on y trouve beaucoup de produits

Adam&Eve, notamment connu pour sa lingerie, le site propose également une grande variété de godes, mais attention, les renseignements sur les composants ne sont pas toujours satisfaisants

Marc Dorcel Store, bien que reconnu, la mise en garde est la même que pour Adam&Eve

 

Tu veux savoir si le gode est safe ? Consultes cet article très complet pour être sûre que tu ne joues pas avec ta santé.

 

 

 


Posté par Val_hou à 15:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


== Publicité ==